La bibliothèque des Challant au début du XVIIe siècle : les Savoie sont-ils un modèle culturel pour la noblesse valdôtaine ? [July 10, 2014]

 Summary

Nous menons une recherche sur la bibliothèque valdôtaine de comtes de Challant, telle qu’elle apparaît dans un inventaire après décès de 1618. Après la savante transcription paléographique que Mme Taieb à menée, aussi bien en français, latin, italien, espagnol qu’en allemand, nous sommes en mesure d’en étudier les contenus et les thèmes, mais aussi la géographie et l’histoire des approvisionnements (lieux, distances, dates d’édition...), ou encore la postérité (catalogues et inventaires des bibliothèques des Challant plus tardives...), valdôtaine ou non. Cette bibliothèque laïque, unique de cette importance et de son espèce à cette période au val d’Aoste, permet sinon de mesurer, au moins d’évaluer ce que fut la culture des nobles proches du duc de Savoie. Nous voudrions donc la présenter lors de votre rencontre, et en particulier la comparer avec le catalogue du bibliothécaire Giulio Torrini, qui décrit en 1659 la bibliothèque ducale des Savoie comme voulant être le « théâtre du monde » dans la volonté de ses propriétaires. Notre étude s’appuie sur un catalogue informatisé et « on line » de l’inventaire de 1618, ainsi que sur les inventaires et catalogues informatisés des bibliothèques successives des Challant.Nous menons une recherche sur la bibliothèque valdôtaine de comtes de Challant, telle qu’elle apparaît dans un inventaire après décès de 1618. Après la savante transcription paléographique que Mme Taieb à menée, aussi bien en français, latin, italien, espagnol qu’en allemand, nous sommes en mesure d’en étudier les contenus et les thèmes, mais aussi la géographie et l’histoire des approvisionnements (lieux, distances, dates d’édition...), ou encore la postérité (catalogues et inventaires des bibliothèques des Challant plus tardives...), valdôtaine ou non. Cette bibliothèque laïque, unique de cette importance et de son espèce à cette période au val d’Aoste, permet sinon de mesurer, au moins d’évaluer ce que fut la culture des nobles proches du duc de Savoie. Nous voudrions donc la présenter lors de votre rencontre, et en particulier la comparer avec le catalogue du bibliothécaire Giulio Torrini, qui décrit en 1659 la bibliothèque ducale des Savoie comme voulant être le « théâtre du monde » dans la volonté de ses propriétaires. Notre étude s’appuie sur un catalogue informatisé et « on line » de l’inventaire de 1618, ainsi que sur les inventaires et catalogues informatisés des bibliothèques successives des Challant.

 Infos

 Downloads

 Embed/Share

 Options
Check the box to autoplay the video.
Check the box to loop the video.
Check the box to indicate the beginning of playing desired.
 Embed in a web page
 Share the link
qrcode